Festival des luttes populaires

Festival des luttes populaires – par le collectif Mutvitz 11

Réservez déjà vos dates : 28-29 et 30 septembre 2018. Entrée libre.
Il est possible de camper sur place, n’hésitez pas à rester tout le weekend !

Le festival des luttes populaires accueilli à Langel est organisé par le collectif Mutvitz 11 qui distribue du café zapatiste en provenance directe de coopératives du Chiapas au Mexique.

VENDREDI 28, à partir de 19h
Spectacle. 100mg MatinMidietÇoir par la compagnie Midi Moins Cinq
puis concert MAURESCA FRACAS DUB

Il est le produit le plus vendu dans le monde après le pétrole. Il est la boisson la plus bue après l’eau. 2,5 milliard de tasses sont bues chaque jour dans le monde. Il participe à l’expropriation de certain peuple en Ouganda, au Vietnam, au  Mexique. Historiquement, il provient du commerce triangulaire, c’est le descendant du trafic d’arme, d’alcool, et d’esclave.
Alors qu’en est-il de l’après café ?

SAMEDI 29

10H30 Discussion pistes zapatistes
Présentation des luttes zapatistes, de l’association Mutvitz et du festival.

11h30 atelier de réflexion en chansons Think tank de la descolonisacion – avec Laurent Cavalié

12h30 repas

14h Les Pyrénées, pratique des communs au fil du temps – par Filipe Bidart
Terres communes, pratiques assembléaires, gestion collective des ressources, etc. La montagne hors capitalisme hier et aujourd’hui.

15h30 La Françafrique aujourd’hui – par Antoine Souef (SURVIE)
Analyse de la politique néocoloniale française en Afrique. Survie propose une analyse critique et des modalités d’actions encourageant chacun à exiger un contrôle réel sur les choix politiques faits en son nom.

17h L’état colonial au sein du territoire français – par Mathieu Lopez

18h30 conférence gesticulée « Y’a bon la médiathèque » – par Habiba Cailleau
A travers le récit de son expérience, Habiba interroge le rôle des préjugés dans la prise de décisions dans les services publics, mais aussi dans les relations entre personnels et « usagers ». Au-delà, elle en vient à se demander si dans cette organisation des rapports sociaux on ne retrouverait pas quelques traces de la logique coloniale mise en place par l’Etat français durant de nombreuses années (et encore aujourd’hui) à l’étranger, une sorte de colonisation à l’intérieur des frontières de l’hexagone !

19h30 repas

21h concert Les Poissons Voyageurs – balkan musette et swing polyphonique

DIMANCHE 30

10h30 Défenses populaires et luttes écologiques en Palestine face à la colonisation des terres en Cisjordanie – par Antoine Garrault

11h30 projection d’un film en construction sur les rencontres féministes mondiales au Chiapas – par Mathilde Boé

12h poésie languedocienne et luttes populaires autour du ginko biloba du festival – par  Marie Coumes et Laurent Cavalié

12h30 repas par l’atelier cuisine du CADA de Béziers et musique par Guilhem  Verger et Laurent Cavalié

14h30 rencontres et discussions lutte des cheminots narbonnais contre la privatisation de la SNCF – avec Bruno Bréhon (secrétaire CGT cheminots)

15h30 rencontres et discussions sur l’accueil des migrants avec le collectif narbonnais pour l’aide aux migrants et le collectif contre le CRA de Sète

17h conclusion du festival en poésie – avec Marc Auriol

VILLAGE DU FESTIVAL – tout le week-end : ciné-yourte avec projections de courts métrages sur le Chiapas, réalisation collective d’une fresque en terre sur notre quotidien et nos alternatives , torréfaction de café au feu de bois, stands associatifs, buvette,…